CHANGER NOTRE IMAGE DE DIEU

On entend de plus en plus souvent dire, même dans des cercles qui se prétendent chrétiens, qu’il faut changer l’image que nous nous faisons de Dieu. La représentation traditionnelle dont nous avons hérité, fondée sur le message biblique, n’est plus du tout adaptée à notre culture contemporaine.  Comme une représentation fonctionnelle de Dieu doit être en phase avec  notre niveau de développement technologique  – autrement elle perd son autorité morale, nous dit-on – il est grand temps de dépasser les conceptions traditionnelles de Dieu qui le situent en dehors de l’univers mais lui assignent en même temps un rôle primordial dans la Création et la marche de cet univers.  Il nous faut désormais imaginer un dieu qui soit partie prenante de l’univers, et qui évolue et agisse à l’intérieur de celui-ci.  Un Dieu transcendant, c’est-à-dire radicalement distingué de l’univers, ne saurait avoir une quelconque influence sur le cosmos, il lui est tout-à-fait étranger.

 

chaos_avaizovsky

Chaos, par Aivazowsky

A cette affirmation entendue de plus en plus couramment, on pourrait commencer par répondre simplement: qu’est-ce qui différencie cette nouvelle conception de Dieu, des divinités païennes gréco-romaines (ou autres)? Car celles-ci naissaient, grandissaient et évoluaient  justement au sein du cosmos, qu’elles influençaient de l’intérieur, parfois même en s’accouplant avec des humains…  Avec ces discours qui prennent le revers de l’enseignement de la Bible, on dirait vraiment qu’on a affaire à un retour à peine déguisé aux mythes gréco-romains, ceux-là mêmes que le Christianisme avait relégué au niveau de mythes, justement. Certes ces mythes sont très instructifs et souvent profonds, ils apportent un éclairage sur la manière dont les humains comprennent les dilemmes de leur existence, mais ils n’en sont pas moins des mythes, des constructions humaines.

Le caractère du Dieu dont parle la Bible est bien différent. Il n’est écrit nulle part qu’il reste indifférent au sort du monde qu’Il a créé, bien au contraire: il s’adresse constamment à ses créatures en rupture de ban, il les appelle à retourner vers lui, il s’incarne même en la personne de Jésus-Christ à un moment précis de l’histoire humaine, non pas pour perdre sa divinité, mais pour venir s’identifier à la condition humaine égarée afin de la racheter et la réconcilier parfaitement avec lui.  Plusieurs siècles avant cette incarnation, le livre du prophète Esaïe, dans l’Ancien Testament, s’adresse au peuple d’Israël en donnant la parole au Dieu éternel en ces termes: C’est vous qui êtes mes témoins, Oracle de l’Eternel, vous, et mon serviteur que j’ai choisi, afin que vous le reconnaissiez, que vous me croyiez et compreniez que c’est moi: avant moi il n’a pas été formé de Dieu, et après moi il n’y en aura pas.  C’est moi, moi qui suis l’Eternel et hors de moi il n’y a pas de sauveur.  C’est moi qui ai annoncé, sauvé, prédit, ce n’est pas parmi vous un dieu étranger; vous êtes donc mes témoins – Oracle de l’Eternel – : c’est moi qui suis Dieu.  Je le suis dès avant que le jour fût, et personne ne délivre de ma main; J’agirai: qui s’y opposera?  Un peu plus loin, au chapitre 44, ceux qui se forgent des dieux à leur image et leur ressemblance sont ridiculisés par le prophète: Ceux qui façonnent des statues ne sont tous que néant, et leurs plus belles oeuvres ne servent à rien; ils sont leurs témoins, elles n’ont ni la vue, ni la connaissance.  Aussi seront-ils honteux.  Qui est-ce qui façonne ou fond une statue, pour n’en retirer aucune utilité?  Voici que tous ses compagnons seront honteux.

On pourrait en dire autant aujourd’hui de tous ceux qui cherchent à se forger une image de Dieu qui leur convienne, selon les besoins du moment, forcés qu’ils seront un jour ou l’autre d’abandonner leur image présente de dieu pour en fondre une nouvelle, soi-disant plus adaptée à leurs nouveaux besoins.   Le Dieu de la Bible, lui, est éternel, il est à la fois en dehors de l’univers et totalement impliqué dans sa marche, c’est du reste pourquoi on peut invoquer son nom et lui faire totalement confiance.

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.