IL EN VIENDRA DE L’ORIENT ET DE L’OCCIDENT

Les statistiques concernant  la croissance démographique dans le monde ne sont pas que des chiffres à examiner dans l’abstraction : en effet chaque jour nous apporte des nouvelles tragiques ou extrêmement alarmantes concernant des naufrages de migrants en Méditerranée ou en Asie du sud-est, le tout sur des embarcations affrétées par des trafiquants d’êtres humains : ceux-là exploitent la misère humaine, pas seulement pour de l’argent d’ailleurs, mais souvent aussi avec des visées déstabilisatrices vis-à-vis des pays vers lesquels ces malheureux sont envoyés: désespérés d’atteindre de nouveaux rivages pour y commencer une nouvelle vie, ces migrants alimentent le trafic juteux et les visées machiavéliques dont ils deviennent malheureusement les proies volontaires au risque même de leur vie.

La croissance démographique sur terre est généralement perçue et présentée comme un danger pour la survie des humains, et ce pour de multiples raisons (ressources naturelles limitées, production de gaz à effet de serre augmentée etc.)  Est-il possible d’y faire face de manière concertée et efficace ?  La tenue régulière de sommets internationaux sur ces questions est-elle à même d’y apporter des réponses satisfaisantes?  Et d’ailleurs, la manière dont les questions sont posées est-elle nécessairement la bonne ?  De multiples tentatives de  manipulations des opinions publiques ne sont-elles pas à redouter, grâce à l’impact des médias dominants souvent spécialisés dans l’art de faire passer un message à but idéologique ou politique?

Je n’ai pas l’intention de décortiquer ou de « décrypter » toutes ces questions, même si c’est une tâche à laquelle les chrétiens devraient s’atteler avec sérieux.

C’est une autre perspective que je voudrais apporter ici, tirée de la Bible. Une perspective d’un ordre tout à fait différent, et qui surprendra sans doute.  Il y a bientôt quatre mille ans, un habitant du Moyen Orient, Abraham était appelé par Dieu à s’engager sur le chemin de la foi. Dans le premier livre de la Bible, celui de la Genèse (à partir du chapitre 12), Dieu lui promit une descendance extrêmement nombreuse : Je rendrai ta descendance comme la poussière de la terre, en sorte qu’on ne pourra pas plus la compter que l’on ne peut compter la poussière de la terre (13:16)  Promesse d’autant plus extraordinaire qu’Abraham et sa femme, déjà très âgés, n’avait pas d’enfants.  Un peu plus loin, au chapitre 15, cette promesse lui est réitérée : Dieu le mena dehors et dit : Contemple donc le ciel et compte les étoiles, si tu peux les compter.  Il ajouta : Telle sera ta descendance.  Abram crut en l’Éternel qui le lui compta comme justice.  En multipliant sa descendance et en changeant son nom d’Abram en Abraham – ce qui veut dire « père de nombreuses nations » – Dieu accomplit son plan, qui est de se constituer un peuple extrêmement nombreux.  Un peuple qui commence donc à partir d’un couple stérile, et qui aboutira un jour à la naissance d’un descendant lointain au caractère et à la mission unique : Jésus-Christ, le Messie, l’envoyé de Dieu.  La foi demandée à Abraham trouvera son objet final en ce Messie, qui enverra ses disciples annoncer la bonne nouvelle du Royaume de Dieu à toutes les nations, sans aucune discrimination. Dans l’Évangile selon Luc, au chapitre 13, un de ses disciples demande à Jésus s’il n’y aura que peu de gens qui soient sauvés.  La réponse de Jésus est de le mettre en garde contre l’attitude consistant à penser que parce qu’on le connaît, parce qu’on l’aura peut-être croisé ou écouté ses paroles, alors on sera automatiquement sauvé. En fait une très mauvaise surprise attend ceux qui ne se seront pas attachés à son message et n’auront pas mis ses paroles en pratique.  Mais cela n’exclut pas qu’il y ait un grand nombre d’hommes et de femmes sauvés, qui viendront des horizons les plus lointains, voire les plus inattendus : Il en viendra de l’orient et de l’occident, dit Jésus, du nord et du midi ; et il se mettront à table dans le royaume de Dieu.  Et voici : il y a des derniers qui seront premiers et des premiers qui seront derniers.

Pour le chrétien attaché aux paroles du Christ, cette perspective éclaire la mission de l’Église aujourd’hui, en période d’explosion démographique sans précédent : plus que jamais l’Évangile doit être fidèlement prêché à tous les peuples, à toutes les nations, car c’est dans leur sein que Dieu se constitue le peuple qu’il appelle à sa table, dans son Royaume.  Il demeure en contrôle de l’humanité qu’il a créée, et la naissance de chacun de ceux qu’il a rachetés de la mort par son Fils Jésus-Christ est un acte de sa Grâce souveraine.

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.