LA MALADIE DE L’HOMME MODERNE


De quelle maladie l’homme moderne souffre-t-il le plus?  Du cancer, du diabète, des maladies cardio-vasculaires ?  Non, mais d’une maladie encore plus sérieuse et qui le mine jusqu’au tréfonds de lui-même : celle de vouloir se connaître lui-même en profondeur par ses propres moyens, sans se savoir d’abord connu et aimé de son Créateur.  Maladie qui consiste à vouloir découvrir et scruter son image au fond de miroirs qu’il se tend à lui-même dans un geste narcissique dont il est progressivement devenu l’esclave.  Comme la reine dans Blanche-Neige et les sept nains, il espère toujours que ces miroirs lui diront qu’il est la plus belle créature au monde, ou en tout cas qu’il est en train de le devenir, ça n’est qu’une question de temps, de patience et d’efforts personnels ou collectifs.  Les sciences dites humaines qu’il n’a pas arrêté de développer au cours des derniers siècles sont autant de miroirs censés lui renvoyer une connaissance adéquate de ce qu’il est, à défaut de qui il est.  Mais elles sont toutes des fragments de miroirs ébréchés collés les uns aux autres, qui lui renvoient une image complètement brisée de lui-même.

Au final tous ces fragments le rendent plus malheureux, incertain et découragé, ne parvenant jamais à saisir son identité dans l’unité et l’harmonie à laquelle il aspire avant toutes choses.  Alors, au lieu de regarder dans le miroir que lui tend son Créateur, lequel le connaît autrement mieux que lui-même, il additionne de nouveaux fragments de miroirs ébréchés et poursuit sa descente inexorable.

La lettre de Jacques, dans le Nouveau Testament de la Bible, utilise l’image figurée du miroir pour exprimer l’idée que c’est dans la Parole de Dieu qu’il peut véritablement se connaître.  Je vous lis ce passage, tiré du premier chapitre de cette lettre : Pratiquez la parole et ne l’écoutez pas seulement, en vous abusant par de faux raisonnements.  Car si quelqu’un écoute la parole et ne la pratique pas, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel et qui, après s’être regardé, s’en va et oublie aussitôt comment il est.  Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui persévère, non pas en l’écoutant pour l’oublier, mais en la pratiquant activement, celui-là sera heureux dans son action même. Quel bel encouragement à se connaître soi-même de manière fiable en écoutant la Parole du Créateur qui doit gouverner notre vie, et en la pratiquant journellement. Suivons l’exemple donné par le nouvel Adam offert par Dieu, qui a justement pratiqué cette parole en toute perfection: car en son Fils Jésus-Christ, le nouvel Adam, le chef d’une humanité régénérée, Dieu recrée en nous son image et nous accorde la lumière de sa présence.

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
OÙ EST JÉSUS-CHRIST?
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :