LE MESSAGE PROPHÉTIQUE DE L’ANCIEN TESTAMENT (2)

Dans le précédent article posté sur ce site, on a vu comment par la bouche des prophètes de l’Ancien Testament, Dieu instruit un procès contre son peuple, accusé d’avoir rompu l’Alliance qui le lie à lui.  La repentance est toujours possible, elle est même ardemment prêchée, mais elle doit être sincère, et surtout pas une simple apparence pieuse mais sans changement véritable de cœur.  Car toute fausse sécurité prouvera être vaine et inutile.  Dieu en avertit le peuple de Juda par la bouche du prophète Jérémie, au chapitre 7:

Voici ce que l’Eternel dit à Jérémie : Tiens-toi à la porte du Temple de l’Eternel, et proclame ce message : Ecoutez la parole de l’Eternel, vous tous, gens de Juda, vous qui entrez par ces portes, pour vous prosterner devant l’Eternel, car voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes, le Dieu d’Israël : Adoptez une bonne conduite et faites ce qui est bien !  Alors je vous laisserai vivre en ce lieu.  Cessez de vous fier à ces paroles trompeuses : « Voici le Temple de l’Eternel, voici le Temple de l’Eternel, oui, c’est ici qu’est le Temple de l’Eternel. »  Si vraiment vous adoptez une conduite bonne et si vous faites ce qui est bien, si vous rendez de justes jugements dans les procès, si vous vous abstenez d’exploiter l’immigré, l’orphelin et la veuve, de tuer des innocents en ce lieu et d’adorer d’autres dieux pour votre propre malheur, alors je vous ferai habiter dans ce lieu, ce pays que j’ai donné à vos ancêtres depuis toujours et pour toujours.  Mais vous, vous vous fiez à des paroles trompeuses qui ne vous serviront à rien.  Quoi !  Vous allez commettre des meurtres, des adultères, vous faites des serments mensongers, vous offrez des parfums à Baal et adorez d’autres dieux qui vous étaient inconnus, et puis vous venez vous tenir devant moi, dans ce Temple qui m’appartient, et vous dites : « nous sommes en sécurité ! »  Et c’est pour accomplir tous ces actes abominables !  Ce Temple qui m’appartient est-il à vos yeux une caverne de brigands ?  Moi, en tout cas, je vois qu’il en est ainsi – l’Eternel le déclare.  Allez donc à Silo, à l’endroit où j’avais mon sanctuaire, là où j’avais autrefois établi ma présence, et voyez ce que j’en ai fait à cause du mal qu’avait commis mon peuple Israël !  Maintenant, puisque vous agissez ainsi –  l’Eternel le déclare –  et puisque vous n’avez pas écouté quand, inlassablement, je vous ai avertis, puisque vous n’avez pas répondu, alors que je vous ai appelés, ce Temple qui m’appartient, et sur lequel vous fondez votre assurance, ce lieu que j’ai donné à vous et à vos ancêtres, je vais le traiter de la même manière que j’ai traité Silo.  Je vous rejetterai loin de moi, comme j’ai rejeté tous ceux qui sont vos frères, le peuple d’Ephraïm.  

Il arrive parfois que le prophète exprime son propre désarroi face à la situation qu’il vit, face à ce qu’il voit autour de lui, aux menaces et aux dangers qu’il perçoit.  C’est par exemple le cas du prophète Habaquq, témoin d’une détérioration sans précédent de la condition morale de ses contemporains, alors même qu’à l’horizon pointe la menace d’envahisseurs impitoyables :

Jusques à quand, ô Eternel, appellerai-je à l’aide sans que tu entendes mon cri ?  Jusques à quand devrai-je crier vers toi : « A la violence ! » sans que tu nous délivres ?  Pourquoi me fais-tu voir de telles injustices ?  Peux-tu rester indifférent à nos tourments ?  Je ne vois devant moi que ravage et violence, il y a des querelles, et des conflits surgissent.  A cause de cela, on ne respecte plus la loi, et le droit n’est plus garanti.  Car les méchants empêchent les justes d’agir, les jugements qui sont rendus sont corrompus.

Dans le livre du prophète Jérémie se trouvent plusieurs passages qu’on appelle « les confessions de Jérémie », où le prophète s’épanche devant Dieu, à cause de l’opposition, voire de la persécution qu’il doit subir de la part du peuple et de ses dirigeants.  Ainsi, au chapitre 17, du verset 14 au verset 18, on lit ces paroles poignantes:

Guéris-moi, Eternel, et je serai guéri !  Oui, sauve-moi et je serai sauvé !  Car c’est toi que je loue !  Les voilà qui me disent : « Où sont donc les menaces que l’Eternel a proférées ?  Qu’elles se réalisent !»  Pourtant je n’ai pas refusé de marcher à ta suite en étant un berger.  Je n’ai pas souhaité que vienne le jour des douleurs. Toi, tu es au courant de ce qu’a dit ma bouche, c’est devant toi que j’ai parlé.  Ne deviens pas pour moi un sujet de frayeur !  Tu es mon seul refuge dans le temps du malheur !  Que mes persécuteurs soient dans la confusion, et que je ne sois pas confus !  Qu’ils soient saisis de peur et que je n’aie pas peur !  Fais arriver sur eux le jour de la détresse, et brise-les par un double désastre !

Les prophètes prononcent aussi des paroles d’encouragement, de réconfort, au milieu des malheurs qui se sont abattus sur le peuple de Dieu, provoqués par ses propres infidélités.  Dieu est un Dieu de grâce qui pardonne et restaure.  Ainsi débute la seconde grande partie du livre du prophète Esaïe, au chapitre 40:

Réconfortez mon peuple, oui réconfortez-le ! dit votre Dieu.  Et parlez au cœur de Jérusalem, annoncez-lui que son temps de corvée est accompli, que son péché est expié, qu’elle a reçu de l’Eternel deux fois le prix de ses péchés ! 

Le dernier chapitre du livre d’Osée parle de même de la guérison que l’Eternel apportera à son peuple, guérison à la fois spirituelle et nationale:

Moi, je les guérirai de leur apostasie, je leur témoignerai librement mon amour parce que ma colère se détournera d’eux.  Oui, je serai pour Israël semblable à la rosée, il fleurira comme le lys, et s’enracinera comme les cèdres du Liban.  Ses rameaux s’étendront au loin et il aura la majesté de l’olivier, et son parfum sera semblable à celui du Liban.  Ils reviendront habiter à son ombre, ils revivront comme le blé et fleuriront comme la vigne, et ils auront la renommée des grands vins du Liban.

La parole proclamée par les prophètes au nom de l’Eternel se réalise-t-elle ?  Oui, toujours, parfois de manière inattendue, voire même contre la volonté du prophète qui l’a apportée.  Dans le cas de Jonas, qui refusait d’abord d’aller apporter un appel  de repentance de la part de Dieu aux habitants de la ville de Ninive, sa prédication a porté des fruits.  Au chapitre 3 de ce livre, on lit:

Lorsque Dieu constata comment les Ninivites réagissaient et abandonnaient leur mauvaise conduite, il renonça à faire venir sur eux le malheur dont il les avait menacés : il s’en abstint. 

Quant au prophète Ésaïe, parlant au nom de Dieu au chapitre 55, il déclare:

Or, la pluie et la neige qui descendent du ciel n’y retournent jamais sans avoir arrosé et fécondé la terre, sans avoir fait germer les graines qui s’y trouvent, sans fournir au semeur le grain qu’il doit semer, et sans donner du pain à tous ceux qui le mangent.  Il en sera de même de la parole que j’ai prononcée : elle ne reviendra jamais vers moi à vide, sans avoir accompli ce que je désirais et sans avoir atteint le but que je lui ai fixé.

Dans mon précédent article j’ai évoqué les prophéties ayant trait à la venue d’un roi très particulier, descendu de la lignée du roi David, mais destiné à régner éternellement.  En voici quelques exemples.  D’abord dans le livre du prophète Jérémie, au chapitre 33:

Le temps viendra, l’Eternel le déclare, où je vais accomplir cette promesse que j’avais prononcée pour le royaume d’Israël et celui de Juda.  En ce temps-là, à cette époque, je ferai naître un germe juste dans la dynastie de David, et il exercera le droit et la justice dans le pays.  En ce temps-là, Juda sera sauvé, Jérusalem vivra dans la sécurité.  Voici quel est le nom dont on l’appellera : « L’Éternel est notre justice ». 

Le prophète Michée parle de la naissance de ce roi dans la ville de Bethléhem et décrit son règne au chapitre cinq du livre qui porte son nom :

Et toi, Bethléhem Ephrata, la plus petite des villes de Juda, de toi il sortira pour moi celui qui règnera sur Israël !  Son origine remonte aux temps passés, aux jours anciens.  C’est pourquoi l’Eternel délaissera son peuple jusqu’au moment où celle qui doit enfanter enfantera et où le reste de ses frères rejoindra les Israélites.  Lui, il sera bien établi, il paîtra son troupeau, revêtu de la force de l’Eternel, avec la majesté de l’Eternel, son Dieu.  Et les gens de son peuple vivront dans la sécurité, car on reconnaîtra désormais sa grandeur jusqu’aux confins du monde.  Et nous lui devrons notre paix.

Bien des années après Michée, le prophète Zacharie, qui vit au 6e siècle avant Jésus-Christ, voit dans une vision l’entrée triomphale dans Jérusalem du roi promis.  Il n’est pas à la tête d’une armée bardée de cuirasses et équipée de toutes sortes d’armes ; au contraire, il est monté sur un âne, et se caractérise par son humilité. Le chapitre 9 décrit ainsi cette entrée:

Tressaille d’allégresse, ô communauté de Sion !  Pousse des cris de joie, ô communauté de Jérusalem !  Car ton roi vient vers toi, il est juste et victorieux, humilié, monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse.  Je ferai disparaître du pays d’Ephraïm tous les chariots de guerre et, de Jérusalem, les chevaux de combat ; l’arc qui sert pour la guerre sera brisé.  Ce roi établira la paix parmi les peuples, sa domination s’étendra d’une mer jusqu’à l’autre, et depuis le grand fleuve jusqu’aux confins du monde.

Sans aucun doute, le sommet de la prédication des prophètes sur le Messie à venir, qui est aussi le serviteur par excellence de Dieu, se trouve au chapitre 53 du livre du prophète Esaïe. Là sont décrites presque graphiquement les souffrances du serviteur juste subies pour expier les fautes de nombreux pécheurs :

Pourtant, en vérité, c’est de nos maladies qu’il s’est chargé, et ce sont nos souffrances qu’il a prises sur lui, alors que nous pensions que Dieu l’avait puni, frappé et humilié.  Mais c’est pour nos péchés qu’il a été percé, c’est pour nos fautes qu’il a été brisé.  Le châtiment qui nous donne la paix est retombé sur lui et c’est par ses blessures que nous sommes guéris.  Nous étions tous errants, pareils à des brebis, chacun de nous allait par son propre chemin : l’Eternel a fait retomber sur lui les fautes de nous tous.  On l’a frappé, et il s’est humilié, il n’a pas dit un mot.  Semblable à un agneau mené à l’abattoir, tout comme la brebis muette devant ceux qui la tondent, il n’a pas dit un mot.  Il a été arraché à la vie par la contrainte, suite à un jugement, et qui, parmi les gens de sa génération, s’est soucié de son sort, lorsqu’on l’a retranché du pays des vivants ?  Il a été frappé à mort à cause des péchés que mon peuple a commis.  On  a mis son tombeau parmi les criminels et son sépulcre parmi les riches, alors qu’il n’avait pas commis d’acte de violence et que jamais ses lèvres n’avaient prononcé de mensonge.  Mais il a plu à Dieu de le briser par la souffrance.  Bien que toi, Dieu, tu aies livré sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance.  Il vivra de longs jours et il accomplira avec succès ce que désire l’Eternel.  Car après avoir tant souffert, il verra la lumière, et il sera comblé.  Et parce que beaucoup de gens le connaîtront, mon serviteur, le Juste, les déclarera justes et se chargera de leurs fautes.  

Après sa résurrection, Jésus-Christ a validé devant ses disciples rassemblés que tout ce qu’avaient écrit les prophètes, avait bien trait à sa personne et à son œuvre.  A la fin de l’Évangile selon Luc, au chapitre 24, on lit en effet:

Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous; il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes.  Alors il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Écritures.  Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour et que la repentance en vue du pardon des péchés serait prêchée en son nom à toutes les nations à commencer par Jérusalem.  Vous en êtes témoins.

La repentance et le pardon des péchés: voilà bien deux thèmes par excellence qui proviennent de la prédication prophétique, comme on a pu le voir.  La prédication des disciples du Christ est en droit fil de celle des prophètes de l’Ancien Testament, mais elle peut désormais  pointer avec précision vers celui qui a rendu possible le pardon des péchés, par le don même de sa personne en offrande expiatoire, offrande qui met un terme à toutes les offrandes et tous les sacrifices qui avaient cours durant la période de l’Ancien Testament.

C’est du reste précisément ce témoignage que l’on retrouve dans la seconde lettre de Pierre, à la fin du premier chapitre:

Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais parce que nous avons vu sa majesté de nos propres yeux ; car il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père, quand la gloire pleine de majesté lui fit entendre cette voix : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, objet de mon affection. » Nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne.  Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre, et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs.  Avant tout, sachez qu’aucune prophétie de l’Écriture ne peut être l’objet d’interprétation particulière, car ce n’est nullement par une volonté humaine, qu’une prophétie  a jamais été présentée, mais c’est poussés par le Saint esprit que des hommes ont parlé de la part du Père.

 

 

 

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
OÙ EST JÉSUS-CHRIST?
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :