QUE FAIRE CONTRE L’INFOBÉSITÉ?


Infobésité: ce mot d’invention récente dénote l’état de tous ceux qui sont bombardés et gavés d’informations, que ce soit au travers d’Internet, des médias sociaux ou de toute autre source d’information, dans le cadre professionnel comme durant les loisirs.  A tel point qu’ils n’arrivent plus à les digérer, et développent même d’inquiétants états anxieux.  Quoi d’étonnant lorsqu’on nous explique qu’il se génère en quarante-huit heures davantage d’informations dans le monde entier qu’il n’y en a eu depuis l’aube de l’humanité jusqu’au début du vingt-et-unième siècle. Comment échapper au déluge d’informations, triviales ou non, qui nous assiège quotidiennement ? Comment protéger notre psychisme qui n’est pas en mesure – on s’en rend vite compte – de digérer ce flot continu d’information?

Les psychologues offriront sûrement toutes sortes d’explications et de solutions à ce problème bien réel.  Mais je crains que bien peu n’accordent d’attention au fait que le plus souvent ce sont des mauvaises nouvelles que nous recevons et qui nous mettent dans cet état.

Dans la Bible, au livre des Proverbes (15:30), nous lisons celui-ci: Un regard lumineux réjouit le cœur; une bonne nouvelle fortifie les membres. Et un autre proverbe (25 :25) déclare: De l’eau fraîche pour une personne fatiguée, telle est une bonne nouvelle venant d’une terre lointaine. Mais quelle bonne nouvelle attendre aujourd’hui, au milieu du flot ininterrompu de nouvelles inquiétantes ou stressantes? Il y a deux mille ans, un envoyé de Dieu est venu apporter une bonne nouvelle à d’humbles bergers de Palestine qui ne devaient pas en recevoir beaucoup.  Il leur a dit : N’ayez pas peur, car je vous annonce la bonne nouvelle d’une grande joie pour tout le peuple.  Aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.  Cette bonne nouvelle n’est pas que pour eux, car la venue dans le monde du Sauveur, qui est aussi le Seigneur de toutes choses, nous atteint nous aussi, deux mille ans plus tard. Elle nous englobe dans son message à la portée universelle.  Nous devons placer toutes les nouvelles que nous recevons, bonnes ou mauvaises, sous la seigneurie du Sauveur, sans les absolutiser, sans leur faire prendre des proportions qu’elles n’ont pas, comme si notre destinée finale ou notre attitude dans la vie étaient fatalement dictées par ces nouvelles et leur communication.  Il y a un regard supérieur sur toutes choses, le regard de la foi en Christ, qui nous commande une espérance et nous apporte une paix qu’aucune nouvelle ne peut ébranler. Avec le prophète Ésaïe huit siècles avant la venue du Messie, on peut aussi s’écrier (52 :7): Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds du messager de bonne nouvelles, qui publie la paix ! Du messager de très bonnes nouvelles, qui publie le salut !

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.