VOUS AVEZ-DIT “CIVILISATION JUDÉO-CHRÉTIENNE”?

L’agitation politico-médiatique permanente autour du thème du maintien de la « civilisation judéo-chrétienne » en France me force à réagir sur ce blog avec une bonne dose de scepticisme voire d’irritation à peine contenue.  Car il faut avoir un certain toupet – pour ne pas dire un toupet certain – de la part de politiciens de tous bords, pour invoquer cet héritage et sa préservation  quand on a honte de l’Évangile et de celui qui se trouve en son centre, Jésus-Christ.  Honte non pas des images d’Épinal et des fausses conceptions transmises et perpétuées au cours des âges, honte non pas des superbes traditions artistiques engendrées par le christianisme ou ses dérivés sur le sol de notre bonne vieille France, mais plutôt honte du Jésus des Évangiles, celui qui déclare (Matthieu 24:35; Marc 13 :31; Luc 21 :33): Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas ! Montrez-nous d’abord votre attachement au Christ de l’Écriture, et à ses paroles, mesdames et messieurs les politiciens, et nous pourrons ensuite parler ensemble de ce que signifie la « civilisation judéo-chrétienne » et ses « valeurs »

Il y a ceux qui lancent un appel afin que l’islam reste une religion minoritaire en France mais s’imaginent peut-être que c’est par la force des baïonnettes ou par le biais d’oukazes politiques et non par l’évangélisation, la promotion d’œuvres chrétiennes et d’une vision du monde  fidèles au Christ  que les cœurs et les esprits seront gagnés et que les églises ne seront pas transformées en mosquées. Il y a ceux qui font part de leurs inquiétudes métaphysiques et parlent même de « l’image de Dieu en l’homme » (fondement anthropologique révélé dans la Bible en Genèse 1 :26-28) mais se détournent illico de la source  de cet enseignement pour suivre leurs propres divagations et fantasmes au lieu de se mettre à l’écoute de la Parole à laquelle ils ont commencé par se référer.

Mais il y a aussi une autre catégorie de défenseurs de la « civilisation judéo-chrétienne » qui mérite d’être pointée du doigt: les bergers spirituels qui au lieu de nourrir  leur troupeau,  les affament; qui rejettent sciemment la nourriture spirituelle offerte par le souverain pasteur (1 Pierre 5:4), dont ils devraient être les dispensateurs et non les déformateurs; qui amènent leurs brebis non pas vers l’eau pure de l’Évangile, mais vers des eaux totalement polluées par les idéologies contemporaines et leur œuvre de destruction sociale et anthropologique; pour qui enfin les paroles du Christ passeront sûrement, à moins d’être adaptées au goût du jour et du politiquement correct d’un jour, ce dont ils se font précisément une spécialité.

Dans sa première lettre aux chrétiens de Corinthe, l’apôtre Paul, en fidèle berger et dispensateur de l’Évangile dont l’annonce lui a été confiée,  écrit à ses lecteurs à propos de la manière dont on doit bâtir sur le seul fondement donné (ch. 3). Un avertissement à prendre d’urgence au sérieux, aujourd’hui comme au premier siècle après J-C: Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ.  Or si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ; car le Jour [du Seigneur, le jour du Jugement final] la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera de quelle nature est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra sa récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il en subira la perte ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu.

Cet avertissement adressé en tout premier lieu aux pasteurs des églises a aussi valeur d’avertissement pour tous ceux qui veulent voir préservée une civilisation « judéo-chrétienne » en France : qu’ils prennent bien garde au matériau  avec lequel ils souhaitent voir la maison France s’édifier et qu’ils se posent bien la question de savoir si ce matériau rend compte de normes de justice publique honorant le Dieu Créateur de la réalité tout entière : car s’il s’est incarné en la personne de Jésus-Christ, c’est aussi afin que les communautés humaines se réclamant de lui appliquent en leur sein des normes de justice, de vérité, d’ordre et d’amour qui témoignent concrètement de sa seigneurie.

Le reste n’est que jactance.

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.