LA RÉSURRECTION DU CHRIST : UN ANACHRONISME AUJOURD’HUI?

Anachronisme : confusion de dates, attribution à une époque de ce qui appartient à une autre. C’est la définition que donne le Petit Robert du mot anachronisme. Les anachronismes sont des erreurs de jugement trop souvent commises dans des raisonnements ou des arguments qu’on veut fonder sur des considérations historiques, alors qu’on s’emmêle justement les pinceaux avec les dates, les époques, les idées ou croyances dominantes à telle ou telle période de l’histoire.

C’est particulièrement vrai de tous ces théologiens ou ecclésiastiques qui cherchent à rendre caduque le témoignage des disciples sur la résurrection corporelle de Jésus-Christ, en tâchant de faire croire qu’on a affaire au mieux à une simple représentation symbolique, spiritualisée, qui concerne la présence pérenne de cet enseignant hors-pair que fut Jésus de Nazareth; au pire d’hallucinations de disciples exaltés voire illuminés s’imaginant l’avoir réellement vu et touché en chair et en os.  Ils me diront sans doute que c’est moi qui commets un anachronisme en m’attachant à une conception bien naïve et primaire de la résurrection, qui n’a plus lieu d’être à notre époque rationnelle et évoluée.  Mais ce serait énoncer là un simple jugement de valeur, qui n’a rien d’anachronique au sens précis de ce terme, pas plus qu’il n’est anachronique aujourd’hui de préférer utiliser des chevaux de traits dans les vignes à des fins d’agriculture biologique, plutôt que des machines sophistiquées qui déstructurent le sol.

Ce qui en revanche serait tout à fait anachronique et parfaitement irrationnel, serait de s’imaginer que les disciples du Christ, qui vivaient au premier siècle de notre ère, réagissaient et raisonnaient comme des disciples de Spinoza ou d’Emmanuel Kant, cherchant à transmettre autour d’eux un message reconstruit à la sauce des philosophes du 18e siècle.  Rien ne saurait évidemment être plus éloigné de la réalité historique et religieuse. Il faudrait même une bonne dose d’aveuglement voire de duplicité pour essayer de semer ce genre de confusion dans les esprits.  Que depuis deux ou trois siècles tout un courant de pensée tienne les récits évangéliques, ceux des miracles ou de la résurrection, pour des mythes, est une chose.  C’en est une autre que d’essayer de faire croire que ceux qui les ont rapportés n’y attachaient aucune signification événementielle au sens historique du mot, et les tenaient eux-mêmes pour de simples mythes, certes revêtus d’une profonde portée existentielle (comme le sont du reste les mythes grecs).  En fait ces témoins ont rejeté en des termes on ne peut plus clair une telle assertion.  Ils affirmaient que le message qu’ils proclamaient, et la transformation radicale de vie qui lui était associée, ne relevait aucunement des fables, grecques ou autres (1 Tim.  4 :7 ; 2 Tim. 4 :4 ; 2 Pierre 1 :16). Il faut donc convenir que le filtre sceptique et rationaliste de lecture qu’on tâche d’imposer aux textes du Nouveau Testament n’est rien d’autre qu’un choix purement subjectif, reposant sur une préférence idéologique et philosophique qui précède le sens des textes pris dans leur propre contexte, tels qu’ils ont été transmis par les témoins des événements rapportés.

Lorsque l’apôtre Paul a été invité à s’exprimer publiquement à l’Aréopage, sur la colline de Mars d’Athènes, à l’invitation des philosophes stoïciens et épicuriens de l’époque, il a pris comme point de contact pour leur annoncer l’Évangile du Christ ressuscité un autel dédié « à un dieu inconnu » qu’il avait croisé en se promenant dans leur ville.  C’est ce qui nous est rapporté aux chapitre 17 du Livre des Actes des Apôtres dans le Nouveau Testament. Paul, irrité par la présence d’innombrables statues d’idoles païennes qui foisonnaient chez ces gens pensant généralement être plus civilisés que les autres nations (les barbares), s’est servi de cet autel dédié à un dieu inconnu pour leur parler du Dieu créateur de l’univers qui se laisse connaître et a laissé en chacun un témoignage de sa présence. Il ne peut être représenté sous forme de créature mais Il s’est révélé de la manière la plus spéciale et crédible en ressuscitant l’homme qu’Il a envoyé et par lequel Il jugera le monde entier (17:31).  Cette mention d’une résurrection physique attestée, a provoqué les moqueries de certains de ses auditeurs, tandis que d’autres lui ont signifié qu’ils l’entendraient une autre fois à ce sujet.

Cet épisode démontre avec force que les philosophes grecs auxquels Paul s’adressait ont parfaitement compris qu’il leur parlait d’une résurrection corporelle, physique, et non d’une simple vision ou d’une allégorie symbolique.  Si la plupart ont cessé d’écouter Paul au moment où il leur a parlé de la résurrection de Jésus en ces termes, c’est parce que cela représentait pour eux une folie qui ne méritait pas qu’on y prête davantage attention.  S’il en avait été autrement, ils auraient sans doute continué à écouter son discours.  Ceci nous montre aussi que les efforts modernes des uns ou des autres pour ramener la résurrection du Christ à une simple allégorie ou un pur symbole, sont en contradiction directe avec le sens et la portée que Paul, avec tous les autres disciples, ont constamment attribués à cet événement, sur la base des témoignages oculaires. Paul, écrivant de manière explicite à ce sujet aux chrétiens de la ville de Corinthe, dont certains mettaient en doute la réalité historique et physique de la résurrection du Christ, les appelle à se tenir à ce qui leur a été transmis en termes non équivoques. Autrement, leur dit-il, vous auriez cru en vain et nous serions de faux témoins à l’égard de Dieu puisque nous avons témoigné contre Dieu qu’il a ressuscité le Christ, tandis qu’il ne l’aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent pas (1 Cor. 15 :14-15).

Il est frappant de constater aujourd’hui que pour beaucoup au sein même de l’Église, il faut à tout prix abattre deux doctrines :  celle de la résurrection corporelle de Jésus-Christ et celle du jugement universel qu’il viendra exercer.  Cela même qui fit l’objet des railleries des philosophes stoïciens et épicuriens sur l’Aréopage.  Ces discours qui reprennent en chœur le scepticisme et les moqueries des philosophes athéniens ne cherchent-ils pas ainsi à bloquer toute forme de repentance sincère devant Dieu ?  Ils semblent n’avoir au fond qu’un objectif et une finalité, en dépit de toutes sortes de belles paroles spiritualisantes ou moralisantes souvent déversées avec talent et moult effets oratoires: nous ramener à un dieu inconnu et inconnaissable égaré quelque part au milieu des innombrables idoles païennes qui encombrent les avenues de notre société en étouffant ceux qui les adorent.

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.