CHARLES DRELINCOURT SUR LA MORT

drelincourt

Charles Drelincourt (1595-1669) fut l’un des pasteurs de l’Église de Paris-Charenton au 17e siècle.  Auteur de nombreux ouvrages polémiques contre l’Église romaine, il est surtout connu pour ses “Consolations de l’âme fidèle contre les frayeurs de la mort, avec les dispositions et préparations nécessaires à bien mourir”, publié en 1651.  Ce ouvrage connut de nombreuses rééditions et fut traduit en anglais peu après sa mort.  Dans l’extrait suivant, tiré du chapitre 3, Drelincourt s’attache à définir la nature de la mort corporelle – ou physique – et celle de la mort spirituelle, sans tâcher d’en atténuer en quoi que ce soit l’horreur.

L’ennemi que j’entreprends de combattre est un monstre à trois têtes, c’est-à-dire qu’il y a trois sortes de morts : le mort corporelle, la mort spirituelle, et la mort éternelle.

La mort corporelle est la simple séparation de l’âme avec le corps.  Bien que notre corps soit façonné de la main de Dieu même, ce n’est qu’un vaisseau fragile qu’il a formé du limon de la terre. Mais notre âme est d’une autre nature céleste, spirituelle et immortelle.  C’est comme une étincelle et un rayon de la Divinité, et l’image vivante de notre Créateur.  Dieu ayant formé le corps du premier homme, souffla en ses narines une respiration de vie, pour nous apprendre que nos âmes procèdent de lui immédiatement.  C’est pourquoi il s’appelle Le Père des esprits, et le fidèle Créateur des âmes (Héb.12).  C’est cette âme qui nous élève au-dessus de tous les animaux, et de tous les corps célestes, et qui nous fait symboliser avec les Anges.  C’est la lumière qui nous éclaire et le sel qui nous garantit de la corruption.  Enfin, c’est par elle que nous vivons, et que nous avons le sentiment, le mouvement, et l’intelligence.  Dès que cet hôte angélique et céleste abandonne sa demeure, non seulement elle perd sa lumière et sa beauté, mais elle se détruit de soi-même et la ruine en est épouvantable.  Car cette chair que nous traitons avec tant de délicatesse et de mignardise se corrompt et se pourrit aussitôt.  Après s’être reposée sur une couche d’or, et avoir traîné la pourpre, elle se voit étendue sur une couche de vers, et la vermine lui sert de couverture.  Nonobstant ses parfums et ses poudres de senteur, elle jette enfin des exhalaisons puantes et infectes.  Au lieu que par sa beauté superficielle elle ravissait les yeux en admiration, elle fait horreur à la vue, chacun en détourne son visage.  Enfin elle se convertit en poudre suivant cet arrêt qui avait été rendu au Paradis terrestre : tu es poussière, et tu retourneras en poussière (Gen. 3).

 

La mort spirituelle n’est autre chose que la séparation de l’âme d’avec son Créateur.  Car Dieu étant l’âme de notre âme, et la lumière de notre vie, à l’instant même que nous nous éloignons de cette source de lumière et de vie, nous tombons dans un abîme de mort et ténèbres.  Car tous ceux qui s’éloignent de Dieu périront (Ps. 73.27). Comme les membres se pourrissent dès qu’ils sont retranchés du corps et que le sarment se sèche s’il ne demeure au cep, (Jean 15.6), ainsi, hors de Dieu, nous ne pouvons avoir ni vie, ni mouvement, ni être.  Et tout ainsi que notre corps étant séparé d’avec notre âme, engendre une fourmilière de vers qui le rongent, et qu’il en sort une puanteur insupportable ; de même, lorsque notre âme est séparée d’avec Dieu, elle engendre une légion de convoitises qui la dévorent sans cesse, et la mauvaise odeur de ses crimes infecte le ciel et la terre.  C’est de cette mort dont parle notre Seigneur Jésus-Christ, lorsqu’il dit aux Juifs : Si vous ne croyez que c’est moi, vous mourrez en vos péchés, Jean 8.  Et lorsqu’il adresse cette censure à l’Ange de l’Église de Sardes : Tu as la réputation de vivre, mais tu es mort  (Apoc. 3.1). C’est de cette mort dont parle l’Apôtre Saint Paul en ces mots qui se peuvent lire au second chapitre des Ephésiens, et au second des Colossiens : Lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés, Dieu vous a vivifiés ensemble avec Christ (Éph. 2.1, 4, 5)Et ailleurs, lorsqu’il fait cette exhortation au pécheur : Réveille-toi, toi qui dors, et te relève d’entre les morts, et Christ t’éclairera (Eph. 5.14).  Enfin c’est de cette mort dont parle le même apôtre, lorsqu’en décrivant la veuve voluptueuse, il dit qu’elle est morte en vivant, (1 Tim. 5.6).

Adam mourut de cette mort dès qu’il eut mangé du fruit de l’arbre de la science du bien et du mal, selon la menace véritable que Dieu lui avait faite : Dès lors que tu en mangeras, tu mourras de mort, (Gen. 2.17) Car non seulement son corps devint mortel et sujet à la pourriture, mais son âme fut à l’instant précipitée en la mort du péché et en la servitude de la corruption.  Il lui arriva comme à une lampe, qui n’est pas sitôt éteinte, qu’elle fait sentir sa puanteur.

Or comme la vie de la grâce est un acheminement à la vie de la gloire, et un avant-goût des joies du paradis, aussi à l’opposé, la mort spirituelle est le faubourg des enfers, et c’est le premier degré de la mort éternelle, et comme la gueule du puits de l’abîme.

 

 

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
COMMENT PRIER DIEU ? 2
COMMENT PRIER DIEU ? 1
AUCUN AUTRE NOM
LE PSAUME 47
AUJOURD’HUI LE SALUT
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.