LE FILS, IMAGE ÉTERNELLE DU PÈRE

Lorsqu’il est question de Jésus-Christ, on oublie souvent ce que disent à son propos quelques passages clés du Nouveau Testament, comme si la personne de Jésus devait être appréhendée par le filtre d’une bande dessinée pieuse destinée à créer toutes sortes d’émotions, au lieu de prendre en compte l’ensemble de la Révélation divine à son sujet.

Trois passages dans le Nouveau Testament vont nous aider à y voir plus clair. Tout d’abord, le début de l’évangile selon Jean, et l’affirmation du verset 3 concernant la Parole divine éternelle qui était avec Dieu et qui était Dieu, celle-là même qui s’est incarnée en Jésus-Christ, comme le dit la suite du prologue de Jean : Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. Cette parole éternelle qui est avec Dieu et qui est elle-même de nature divine, est donc active dans l’œuvre de la Création.

C’est bien ce que souligne aussi l’apôtre Paul au premier chapitre de sa lettre aux chrétiens de la ville de Colosses, lorsqu’il écrit, à propos du Fils bien-aimé en qui, leur dit-il nous avons la rédemption, le pardon des péchés : Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la créationCar en lui tout a été créé dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, trônes, souverainetés, principautés, pouvoirs.  Tout a été créé par lui et pour lui.  Il est avant toutes choses, et tout subsiste en lui (1.14-17). Ce passage nous révèle que c’est pour ce Fils bien-aimé que la Création existe. Si l’univers a été créé et formé, c’est non seulement par lui, mais aussi pour lui. Cet univers est l’héritage que le Père céleste lui a destiné.

Or le Fils s’est incarné dans une nature humaine semblable à la nôtre pour venir chercher et sauver cet héritage qui lui était disputé par Satan.  De même que c’est par lui que le monde a été fait, c’est par ce Fils incarné, par son sacrifice à la croix, que Dieu a décidé de réconcilier le monde avec lui.  L’apôtre Paul poursuit (19-20) : Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude et de tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Ainsi, l’œuvre de Création du monde que Dieu effectue par et pour son Fils éternel, ne peut être séparée de l’œuvre de rédemption par laquelle ce même monde est réconcilié avec Dieu.

Un troisième passage du Nouveau Testament, au tout début de la lettre aux Hébreux, le dit aussi à sa manière (1.3) : Dieu l’a établi héritier de toutes choses, et c’est par lui qu’il a fait les mondes (littéralement : les âges). Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire et l’expression de son être, soutient toutes choses par sa parole puissante : après avoir accompli la purification des péchés, il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts. Fils éternel de Dieu dont il est l’image parfaite, et héritier de toutes choses donc, c’est à lui qu’appartient la vie de tous ceux qu’il s’est acquis par son sang précieux.

Mais revenons au passage de la lettre aux Colossiens où Paul écrit : [Dieu] nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés. Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de la création.  Quelles sont au juste les implications de cette notion d’image de Dieu le Père en ce qui concerne le Fils bien-aimé ?  Comment peut-il être à la fois de même nature divine que le Père, et une personne divine distinguée du Père ?  Il s’agit là d’une question fondamentale concernant l’être même de Dieu, une question qui ne saurait relever de la spéculation des uns ou des autres, mais qui au contraire ne peut faire que l’objet d’une révélation inspirée.  Ce qui n’empêche pas d’en déduire un certain nombre de conséquences qui en éclairent la portée.

C’est dans ce sens que je vous livre maintenant, en guise de conclusion, un court extrait du sermon du pasteur Jean Daillé (1594-1670) sur ce passage de la lettre aux Colossiens, car dans son exégèse il met bien en évidence les implications de l’affirmation de l’apôtre. A partir de nombreuses citations de l’Écriture sainte, Daillé a d’abord mis en parallèle tous les caractères et les actions attribuées au Père, avec celles attribuées au Fils, établissant leur parfaite similarité et unité de propos.  Arrivé au bout de cette énumération, il conclut sur le passage en question : L’apôtre dit que Jésus-Christ est l’image de Dieu son Père. Il n’en serait pas l’image, s’il était une même personne que le Père.  Il n’en serait pas une parfaite image s’il avait une nature différente d’avec celle du Père.  Comme représenterait-il son éternité, s’il avait été créé dans le temps ? Comment représenterait-il son infinité, s’il avait une essence limitée ?  Comment représenterait-il sa majesté et sa gloire, s’il n’était qu’une créature ? Retenons donc cette vérité tout entière, et croyant que le Fils de Dieu est une personne autre que le Père, confessons que sa nature divine est la même que celle du Père, c’est-à-dire qu’il est un seul et même Dieu béni avec lui à jamais, puisque sans cela l’on ne peut pleinement établir ce que l’apôtre nous enseigne, à savoir que Jésus est l’image de Dieu.

 

 

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
COMMENT PRIER DIEU ? 2
COMMENT PRIER DIEU ? 1
AUCUN AUTRE NOM
LE PSAUME 47
AUJOURD’HUI LE SALUT
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.