VÉRITÉ OU INFOX?

Nous sommes-nous habitués à vivre à l’heure de l’infox ? A l’heure des idées fausses, des faits déformés ou présentés de manière tendancieuse par les médias contrôlés de près ou de loin par l’État, par toutes sortes d’oligarques manipulateurs d’opinion à travers les médias qu’ils contrôlent via leur participation financière, uniquement pour les besoins de leurs intérêts privés ? Ou bien colportons-nous sans le moindre état d’âme des ragots dispensés par des médias alternatifs cherchant à établir un contre-pouvoir en dénonçant des scandales ou des complots imaginaires?  Cherchons-nous à modeler notre opinion sur telle ou telle majorité agissante, afin d’être du côté des « gagnants » et nous sentir ainsi portés par la vague dominante, plutôt que de nous trouver ostracisés et montrés du doigt pour cause de mal-pensance?

Les conséquences personnelles et collectives d’une telle compromission sont toujours terribles: d’abord à l’égard de notre propre santé éthique et spirituelle, mais évidemment aussi du bien public, malmené pour un gain idéologique ou matériel quelconque.  Au début du vingt-troisième chapitre de l’Exode, peu après l’énoncé des Dix Commandements, un passage frappant commente et précise le neuvième commandement, par lequel l’Éternel Dieu ordonne de ne pas porter de faux témoignage contre son prochain: Tu ne colporteras pas de faux bruit.  Tu ne prêteras pas la main au méchant en étant témoin à charge.  Tu ne suivras pas la multitude pour faire le mal et tu ne déposeras pas dans un procès en te mettant du côté de la multitude, pour violer la justice.

Ce qui, dans le contexte immédiat de ce passage, relève du domaine des procès et des témoignages servant devant une cour de justice, s’applique parfaitement à notre situation contemporaine ou la diffusion des infos aussi bien que de l’infox se trouve démultipliée par les médias de masse contemporains.  Ce ne sont pas ces technologies en tant que telles qui sont à mettre en cause, mais le cœur mauvais de l’homme qui est disposé au mal dès sa jeunesse tout comme au temps de Noé et du Déluge. Au sixième chapitre de la Genèse, c’est en effet le constat suivant fait par Dieu qui mènera au jugement du Déluge: L’Éternel vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre ; et que chaque jour son cœur ne concevait que des pensées mauvaises. Certes, il n’est pas facile de distinguer le vrai du faux lorsqu’on est confronté à des vagues d’informations ou de messages contradictoires sur tel ou tel sujet.  Comment savoir faire la part des choses sans tomber dans un relativisme total?

Or, à l’époque de ce qu’on appelle la “post-vérité”, la notion de Vérité se trouve justement radicalement remise en cause comme étant une simple fiction, une vue de l’esprit, un reste de croyance mythologiques en une déité omnisciente et omnipotente.  Il est à la mode d’écrire ses mémoires en parlant de “ma vérité”, ou “ma part de vérité”.  Certes nul ne ne saurait prétendre  détenir par lui-même l’intégralité de la vérité, et toute perspective humaine, même la mieux fondée, reste nécessairement partielle, sujette à des remises en cause, à des correctifs.  Le problème n’est pas là.  La question est de savoir vis-à-vis de qui nous sommes en premier lieu responsables et redevables de parler vrai.  Suis-je moi-même l’arbitre ultime de “ma vérité”, alors que je me sais si faible, si limité, si enclin à prendre le parti – idéologique ou personnel – qui me convient le mieux et que j’ai choisi de suivre pour cette raison?  Mon propre nombril ou celui, collectif, du groupe auquel je m’identifie est-il devenu mon seul point de repère, la norme ultime de jugement en matière de vérité? Suis-je capable de reconnaître mes présupposés, mes a-priori, la vision du monde dont j’ai hérité ou que j’ai -sans en être vraiment conscient- construite peu à peu et qui oriente mes dires, “ma vérité”?

Pour sortir de cette obnubilation vis-à-vis de nous-mêmes, de nos paroles qui n’ont pour but que de servir notre intérêt propre, le seul point de départ possible  consiste à tourner ses regards vers le Créateur et Législateur de la vie, dans la foi en la véracité de sa Parole et de son Incarnation en celui qui a dit: Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi (Jean 14:6); et aussi: Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas (Matt. 24:35).

Vers la fin de la prière que  Jésus adressa à son Père céleste pour ses disciples et pour ceux qui croiraient en leur prédication, il souligna le contraste entre le monde soumis à l’esprit de mensonge du Malin, et la parole provenant de Dieu qui doit être annoncée à ce monde pour le délivrer du Malin, par la Vérité: Je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.  Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les garder du Malin.  Ils ne sont pas du monde; comme moi, je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par la vérité: ta parole est la vérité.  Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde.  Et moi, je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés dans la vérité (Jean 17:14-19).

C’est seulement à l’aune de ces paroles du Christ réclamant pour elles une autorité qui ne provient pas d’un simple point de vue humain, que chacun devrait mesurer ses propres paroles afin que, confrontées à la Parole, elles ne soient pas un jour à venir jugées comme de simples parlottes aussi vaines que fausses.

 

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.