L’ÉGLISE SOUS LA CROIX (2)

Dans un précédent article, j’ai brossé un tableau de la situation du Protestantisme en France au dix-septième siècle, et de la persécution dont les protestants furent les victimes dès avant la Révocation de l’Edit de Nantes par le roi Louis XIV.  Dans cet article je raconterai par le détail l’histoire de Fulcran Rey, l’un de ces prédicants du Désert qui maintinrent l’Eglise de Jésus-Christ durant cette époque de persécutions.  Je le ferai en m’inspirant d’un ouvrage publié il y a cent vingt ans par le pasteur Daniel Benoit, et qui porte le titre suivant:  “L’Eglise sous la Croix”.

Le 7 juillet 1686, dans l’après-midi, une foule immense stationnait au pied du château qui se dresse sur une des places publiques de la ville de Beaucaire, située sur le Rhône, non loin des premiers contreforts des Alpes.  Ce qui fixait l’attention de cette foule émue c’était une potence dressée au milieu de la place sur laquelle un jeune homme de vingt-quatre ans se préparait à subir le dernier supplice.  Il avait une apparence modeste et distinguée.  Son regard était animé et sa physionomie portait les traces d’une certaine exaltation; mais ce qui, à cette heure suprême, saisissait vivement son esprit, ce n’était pas la crainte de la mort: c’était l’assurance qu’il allait bientôt, par elle, entrer en possession de la félicité éternelle.  En présence de l’échelle fatale, il s’écria: Oh! Que cette échelle m’est favorable puisqu’elle doit me servir de degré pour achever ma course et pour monter au ciel!  Ce jeune homme était le proposant des Eglises du Désert Fulcran Rey, le premier prédicateur de l’Evangile mis à mort après la Révocation de l’Edit de Nantes.

Fulcran Rey était né à Nîmes vers 1662 dans une famille pieuse.  Avant sa naissance, sa mère avait eu comme une prévision du sort qui attendait cet enfant.  Elle avait vu en rêve un aigle qui se posait au pied de son lit.  Il avait deux plumes dans son bec et elle entendit une voix lui dire: Regarde, une de ces plumes signifie que l’enfant qui naîtra de toi annoncera l’Evangile et l’autre qu’il le scellera de son sang!  A son réveil, pleine de trouble, elle raconta son rêve à son mari, qui, frappé du caractère étrange de ce rêve, le mit par écrit dans un registre de famille pour voir si l’événement se produirait.  Dès son enfance, le jeune Fulcran manifesta de bonnes dispositions.  Il fit de rapides progrès dans l’étude des langues et de la philosophie, et plus tard dans celle de la théologie, car ses parents le destinaient à devenir pasteur; mais il n’était encore que simple proposant lorsque Louis XIV révoqua l’Edit de Nantes que son grand-père Henri IV avait promulgué pour accorder aux protestants de France la liberté de conscience et de culte.

Ainsi se trouvait fermée la carrière que Fulcran désirait vivement embrasser.  Selon les  termes de l’Edit de Révocation, le jeune proposant devait, comme tous les pasteurs en exercice, quitter le royaume dans l’espace de quinze jours sous peine des galères.  Il vit la pioche des démolisseurs réduire en ruines le temple de la Calade, où, depuis plus d’un siècle, les réformés de Nîmes célébraient leur culte. Il vit deux pasteurs abjurer leur foi pour trouver la sécurité, la considération publique et la fortune, mais à cette pensée, tout son être se révoltait.  Il pouvait encore suivre, dans leur exode, les sept cents pasteurs qu’on n’avait pu corrompre et se réfugier comme eux en Suisse ou en Hollande; mais que deviendraient alors les âmes de ses frères et soeurs livrés sans défense à leurs oppresseurs?  Sa résolution fut bientôt prise: il comprit que quand la maison brûle tout le monde doit mettre la main à l’oeuvre pour éteindre le feu et que Dieu, qui se fait glorifier par des enfants qui têtent encore leur mère, pourrait bien se servir de lui pour édifier ses enfants, malgré sa jeunesse et son instruction encore inachevée.  Et il resta pour embrasser la redoutable carrière de prédicateur du Désert, dont il fut l’un des tout premiers.

Il commença son oeuvre par la ville de Montauban.  Il espérait moissonner beaucoup d’âmes dans cette ville qui autrefois avait eu son académie réformée.  Mais, en raison des persécutions, la population de cette ville avait perdu toutes ses convictions d’antan et s’était bien refroidie.  Comme ses exhortations y étaient mal accueillies, Fulcran la quitta pour se rendre à Millau, dans le Rouergue.  Là non plus il ne fut pas bien reçu, ni ailleurs où il avait pourtant des parents.  Ceux-ci, convertis au catholicisme ou faisant semblant de l’être, ne tenaient pas à se compromettre en le recevant.  Il partit de là et dut encore quitter un autre lieu.

Il ne savait où diriger ses pas, lorsqu’il fit la rencontre de deux riches personnalités protestantes qui avaient dû quitter leurs foyers et qui erraient aussi à l’aventure.  Ils lui offrirent de l’accompagner dans ses tournées et de pourvoir à ses besoins; ensemble ces hommes présidèrent quelques assemblées et firent plusieurs visites à des protestants qui habitaient des quartiers retirés.  Le jeune Fulcran Rey, qui souhaitait revoir sa famille, se rendit à Nîmes en passant par Montpellier.  Il trouva dans cette dernière ville quelques pasteurs protestants qui n’étaient pas encore sortis du royaume et qui faisaient viser leurs passeports à l’intendant du roi Bâville.  Il essaya en vain de les convaincre de ne pas abandonner leurs troupeaux aux loups ravisseurs: leur détermination était prise; mais il les assura que quant à lui il ne quitterait jamais son poste.

 

Fulcran Rey présida plusieurs assemblées à Nîmes et dans les environs.  Mais la police en eut vent et quelques-unes de ces assemblées furent surprises, ce qui coûta la liberté ou la vie à plusieurs personnes: certaines furent pendues, d’autres massacrées, d’autres envoyées aux galères.  Rey lui-même, trahi par un homme qui pourtant avait sa confiance, mais qui, après avoir abjuré, était devenu traître à gages, ne dut son salut, après Dieu, qu’à une fuite rapide qui le conduisit jusqu’à la ville de Castres.  Il se mit aussitôt à prêcher dans cette ville, non sans succès.  Plusieurs furent touchés par ses exhortations pressantes.  Il ramena de leur égarement quelques-uns de ceux qui s’étaient laissé entraîner à abandonner leur foi et à pratiquer le rite romain.  Il empêcha plusieurs autres de succomber à la tentation.

Malheureusement le vent de la persécution soufflait là comme ailleurs, et il dut quitter à leur tour ces contrées pour revenir une seconde fois à Nîmes.  Quand il restait caché dans la maison paternelle, il en profitait pour écrire des lettres pleines de consolation aux fidèles détenus sur les galères; et quand il sortait de sa cachette, c’était pour visiter les malades, consoler les victimes de la persécution ou prendre part à quelques assemblées du Désert.  Le jeune proposant quitta bientôt Nîmes pour se rendre dans les Cévennes.

La population protestante de ces montagnes, consternée d’abord par la Révocation, avait repris conscience d’elle-même, la première émotion passée.  Trois mois après l’édit funeste de Louix XIV, les assemblées du Désert commencèrent.  Comme l’a écrit le grand historien Michelet, au rude mois de janvier, sous le ciel, à la bise, par les longues nuits sombres, les ouragans neigeux d’hiver, le peuple, sans pasteur, pasteur lui-même et prêtre, commence d’officier sous le ciel.  Celui qui avait sauvé sa Bible l’apportait, son recueil de psaumes l’apportait, celui qui savait lire lisait, un enfant parfois, une fille, et quiconque savait parler parlait.  On chantait à mi-voix, craignant l’écho trop fort du ravin, des gorges voisines.  Ces hommes intrépides, qui bravaient tout pour entendre l’Evangile, connaissant de réputation la piété et le zèle du jeune proposant, lui adressèrent un appel.  Il n’hésita pas à y répondre.

Mais, prévoyant que sa fin pourrait être prochaine, il fit, dans la lettre suivante qui a été conservée, de touchants adieux à son père, qu’il ne devait plus revoir ici-bas.  Elle est évidement écrite dans la langue française de la fin du dix-septième siècle: Mon très cher et très honoré père, lorsqu’Abraham voulut monter sur la montagne de Morija pour aller offrir son fils Isaac en holocauste, suivant le commandement qu’il avait reçu de son Dieu, il ne consulta point avec la chair, mais il s’approcha hardiment de cette montagne et s’écria: ‘En la montagne de l’Eternel, il y sera pourvu.’  En effet, il y fut pourvu, puisque Dieu se contenta de son obéissance.  Dieu n’a point parlé à moi de bouche à bouche, comme il parla à ce patriarche; mais ma conscience m’inspire de m’aller sacrifier pour lui et pour l’intérêt de son Eglise.  Je ne sais si Dieu se contentera du désir que j’ai de faire sa volonté, sans m’exposer à la mort.  Mais, quoi qu’il en soit, sa volonté soit faite.  Si je suis pris, ne murmurez pas contre lui; souffrez patiemment tout ce qu’il lui plaira m’envoyer pour l’intérêt de mon Dieu et pour l’avancement de son Eglise.  Oh!  Quel bonheur me serait-ce, si je pouvais être du nombre de ceux que le Seigneur a réservés pour annoncer les louanges et pour mourir pour sa cause!

 Comme s’il avait brisé, avec cette lettre, les derniers liens qui le rattachaient à la terre, Fulcran Rey se mit à proclamer, avec une force nouvelle, la vérité évangélique.  Nous verrons dans un prochain article, comment il paya de sa vie cette hardiesse au service de l’Evangile.

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.