MORTS ET RESSUSCITÉS EN CHRIST

Depuis les débuts du christianisme, les chrétiens confessent ensemble que Jésus-Christ, incarnation du Fils de Dieu, est bel et bien mort sur la croix à Golgotha, lui innocent et sans tâche, afin d’opérer le salut de tous ceux qui croiraient en lui, en son oeuvre et en son sacrifice expiatoire de réconciliation avec Dieu.  Ce n’est ni un conte à la portée purement symbolique, ni un mythe habilement fabriqué par des hommes et des femmes en quête spirituelle d’un au-delà prometteur.

Ces confessions de foi, fondées sur le témoignage des apôtres qui ont vécu pendant trois ans aux côtés de Jésus, l’affirment comme un événement historique.  Aussi synthétiques soient-elles, elles prennent justement la peine d’indiquer ce caractère historique par la mention d’un nom, celui de Ponce Pilate, acteur au premier plan de la condamnation et de la crucifixion de Jésus sous l’empereur romain Tibère dont il était le procurateur (ou préfet) en Judée.  L’évangile selon Jean relate que la mort clinique de Jésus sur la croix a été constatée par les soldats responsables de sa crucifixion (19.33).

Mais ce qui n’est pour certains qu’un malheureux accident de l’histoire, revêt pour les croyants une tout autre dimension.  Jésus, à la fois véritablement homme et véritablement Dieu, est mort en rançon pour les péchés de beaucoup, parce qu’ils étaient spirituellement morts aux yeux de Dieu et que seule sa mort pouvait les racheter de la colère et du jugement divin sur leur péché. Ecrivant à des païens récemment convertis à Jésus-Christ dans la ville d’Éphèse, l’apôtre Paul leur dit: Pour vous, vous étiez morts par vos fautes et par vos péchés dans lesquels vous marchiez autrefois selon le cours de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air [c’est-à-dire Satan] qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.  Et Paul de poursuivre: Mais Dieu est riche en miséricorde et, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos fautes, il nous a rendus à la vie avec le Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés – il nous a ressuscités ensemble et fait asseoir ensemble dans les lieux célestes en Christ-Jésus, afin de montrer dans les siècles à venir la richesse surabondante de sa grâce par sa bonté envers nous en Christ-Jésus.

Dans l’évangile de Jean, au chapitre 5, Jésus lui-même proclame cette bonne nouvelle : En vérité en vérité je vous le dis, celui qui écoute ma parole et qui croit en celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. En vérité en vérité je vous le dis, l’heure vient, et c’est maintenant, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’auront entendue vivront. Alors, avons-nous cru en cette parole, nous qui l’avons entendue ?

Il n’y a probablement pas d’affirmation plus scandaleuse pour l’homme moderne, imbu de lui-même et de ce qu’il considère comme ses exploits et ses progrès, que de s’entendre dire qu’il est bel et bien mort aux yeux de son Créateur et Juge divin.  D’abord, bien sûr, parce qu’il refuse qu’on lui parle de Dieu comme de son Créateur et de son Juge.  Entre gens de bonne compagnie, parler de Dieu, cela se fait peut-être entre la poire et le fromage ; après on passe à autre chose de plus sérieux, n’est-ce pas ?  Mais même si cet homme est prêt à faire quelques concessions et tolère qu’on puisse attribuer à Dieu la prérogative d’être Créateur, de quel droit celui-ci s’arrogerait-il l’insupportable prétention de déclarer ses créatures mortes devant lui?  Cette prétention ne signerait-elle pas plutôt la mort d’un tel dieu, cruel et incapable de la moindre compassion (alors que, comme chacun sait, ses créatures témoignent journellement et de manière éclatante d’amour et de compassion les unes vis-à-vis des autres) ?  Comme on l’a vu, l’apôtre Paul prend radicalement le contrepied de cette vision des choses au second chapitre de sa lettre aux chrétiens d’Éphèse.  D’ailleurs, il se compte lui-même au nombre de ceux qui étaient véritablement morts : Nous tous aussi, nous étions de leur nombre et nous nous conduisions autrefois selon nos convoitises charnelles, nous exécutions les volontés de notre chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère comme les autres. « Enfants de colère », c’est-à-dire condamnés à la perdition, pas morts à moitié ou aux trois quarts seulement, comme beaucoup voudraient bien le croire pour tâcher de se donner un peu de contenance devant leur Créateur et Juge.

Bien sûr Dieu nous maintient physiquement, émotionnellement ou intellectuellement en vie dans ce monde, comme il le fait journellement en soutenant par sa Providence l’univers qu’il a créé.  Mais tout cela ne peut rien pour nous faire accéder à la vraie vie, celle qui débouche sur une communion parfaite avec notre Créateur, et sur l’éternité.  Pour y avoir accès, il nous faut recevoir le don d’une vie complètement renouvelée, accordée par celui qui n’est pas mort sur la croix à moitié ou aux trois quarts seulement, mais bel et bien mort puis ressuscité des morts pour notre salut.

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
AUCUN AUTRE NOM
LE PSAUME 47
AUJOURD’HUI LE SALUT
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.