“VOUS QUI SUR LA TERRE HABITEZ”

 Par Jeremih Dauchet

« Psaume de louange ; Poussez vers l’Éternel des cris de joie, vous tous, habitants de la terre ! Servez l’Éternel, avec joie, venez avec allégresse en sa présence ! » Psaume 100.1-2

Que la terre entière soit dans la joie, loue et confesse notre Seigneur. Voici ce que nous disent ces 2 premiers versets du psaume 100. Celui-ci nous est clairement destiné, à nous, l’Église et épouse du Christ. C’est un psaume de louange et d’action de grâce envers notre Dieu. Il contient peu de paroles, mais elles sont riches et profondes pour nous chrétiens. Il nous exhorte à pousser des cris de joie et à nous concentrer sur le Seigneur.

Nous pouvons entonner ce merveilleux psaume dans l’Église. Ce cantique fait partie du Psautier de Genève composé par Théodore de Bèze, pasteur et poète du 16ème siècle. En voici les quatre strophes :

 

  1. Vous qui sur la terre habitez,
    Chantez à pleine voix, chantez.
    Réjouissez-vous au Seigneur.
    Égayez-vous en son honneur.
  2. Lui seul est notre souverain,
    C’est lui qui nous fit de sa main :
    Nous le peuple qu’il mènera,
    Le troupeau qu’il rassemblera.
  3. Présentez-vous tous devant lui,
    Dans sa maison dès aujourd’hui ;
    Célébrez son nom glorieux,
    Exaltez-le jusques aux cieux.
  4. Pour toi, Seigneur, que notre amour
    Se renouvelle chaque jour ;
    Ta bonté, ta fidélité
    Demeurent pour l’éternité
    .[1]

 

Cette exhortation au travers du Psaume 100.1-2 ne concerne pas seulement un petit peuple ou un simple lieu en particulier. En effet, il nous dit que Dieu suscite ainsi sa joie qui s’étend jusqu’au extrémités de la terre. A l’origine, cette joie d’être au bénéfice de sa Grâce ne concernait qu’Israël, le peuple élu de l’Ancien Testament. Se propageant à partir de Jérusalem et de l’Église primitive dans le Nouveau Testament, elle s’est ensuite répandue sur toutes les nations où les chrétiens acclament notre Seigneur (Luc 24.47).

Aussi, il leur était une extrême consolation d’entendre qu’un jour son service et son Salut seraient communiqués à tous les peuples, et que la lumière dont jouissait alors le seul pays d’Israël, serait répandue par toute la terre habitable. Jean Daillé [2]

Nous devons premièrement être à Christ, le rencontrer et recevoir sa liberté salutaire pour ensuite le servir avec joie dans sa présence. C’est être libre que de servir notre Seigneur. Nous le servons dans l’amour qu’Il nous donne et dans la vérité qu’Il nous a adressée (Galates 5.13 ; Jean 8.31-32).

Nous pourrons connaître pleinement cette joie lorsque notre corps sera glorifié pour l’éternité (1 Corinthiens 15.54). Nous aurons alors une joie totale et parfaite, aussi notre louange sera sans défaut pour notre Dieu.

« Sachez que l’Éternel est Dieu ! C’est lui qui nous a fait et nous lui appartenons ; nous sommes son peuple et le troupeau de son pâturage. » Psaume 100.3

Pour nous chrétiens d’aujourd’hui, nous savons et reconnaissons que Christ est Dieu. En revanche, à cette époque, le psalmiste révèle que l’Éternel, le Seigneur est Dieu. Celui qui, pour nous, a été crucifié sur la croix est Dieu. C’est lui qui nous a fait et nous lui appartenons. Il est la Parole qui était avec Dieu au commencement, la Parole qui est venue sur terre et qui s’est révélée aux hommes. (Jean 1 : 1-3). Tout a été fait par lui, nous y compris. Nous devons donc retirer tout orgueil de nous même, puisque tout ce qui est bon en nous, vient de notre Créateur. Nous sommes son peuple et ses brebis choisies. Nous sommes le troupeau de Dieu (Jean 10.27-29). Notre bon berger, par amour, laisse ses 99 brebis pour aller récupérer celle qui s’est perdue (Luc 15.4-6).  Accomplissant donc la volonté de son Père, Jésus, tel un agneau, ira jusqu’au sacrifice de la croix, pour nous racheter par son précieux sang.

« Entrez dans ses portes avec des louanges, dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom ! » Psaume 100.4

Ses portes marquent l’entrée dans la présence de Dieu. Nous devons commencer à entrer en sa présence avec nos confessions et nos louanges. C’est d’ailleurs l’intitulé de ce psaume : « Psaume de louange ». Il est intéressant de voir que dans la Bible Ostervald, version du 18ème siècle, celui-ci a pour titre « Psaume d’action de grâce ». Dans la Vulgate, traduction en latin de la Bible par Jérôme de Stridon au 4ème siècle, il est intitulé « Psaume de confession ». Nous devons confesser que nous lui appartenons et louer celui qui nous a créés. Célébrer le nom de notre Dieu qui nous a sauvés. Apportons des hymnes et des cantiques dans les parvis du Seigneur pour sa seule gloire (Psaume 118.20-21). Notre Seigneur Jésus a lui aussi apporté sa louange au Père en Matthieu 11.25-27.

« Car l’Éternel est bon, sa bonté dure toujours, et sa fidélité de génération en génération. » Psaume 100 :5

Or, afin que nous sachions continuellement louer Dieu, il nous présente plusieurs occasions et nous dit que sa miséricorde demeure à tout jamais et que sa vérité est éternelle. Jean Calvin [3]

Ne nous lassons pas d’apporter nos louanges à Dieu. Sa bonté et sa fidélité durent à toujours et cela fait référence à sa miséricorde en Christ à notre égard. Cette miséricorde nous apporte l’assurance de la vie éternelle. C’est une vérité certaine que Christ est avec nous tous les jours jusqu’à ce qu’Il nous reprenne avec lui (Matthieu 28 : 20). Nous faisons partie de son peuple élu. Il nous a créés, nous a choisis et nous a aimés, et ce, de génération en génération.

Pour conclure, voici un court passage emprunté à Ambroise de Milan, père de l’église du 4ème siècle :

Que le Seigneur notre Dieu vous garde dans la grâce qu’il vous a donnée et qu’il daigne éclairer plus complètement les yeux qu’il a ouverts, par son Fils unique, roi et sauveur, le Seigneur notre Dieu, par qui et avec qui il possède louange, honneur, gloire, majesté, puissance, et avec l’Esprit saint, depuis toujours, maintenant et à jamais dans tous les siècles des siècles. [4]

 

[1] Vous qui sur la terre habitez : Psautier Français – Théodore de Bèze ; Éditions Réveil Publications-Lyon 1995, p. 247.

[2] Mélange de Sermons – Première partie ; Jean Daillé 1666 ; pp 388-389 – Source : Internet Archive.org

[3] Commentaire sur les Psaumes, Tome 2 – Psaume 100 – Jean Calvin ; Librairie de Ch. Meyrueis et Compagnie-Paris 1859, p. 240.

[4] Des sacrements, des mystères – Ambroise de Milan ; Éditions du Cerf-Paris 1949, p. 87.

 

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
COMMENT PRIER DIEU ? 2
COMMENT PRIER DIEU ? 1
AUCUN AUTRE NOM
LE PSAUME 47
AUJOURD’HUI LE SALUT
DIEU OU LE NÉANT?
VÉRITÉ OU INFOX?
L’ATHÉISME PRATIQUE
SOUMISSION ET LIBERTÉ
UN NOUVEL AN DE GRÂCE
L’ESPRIT DE NOËL
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.