OU QUE SOIT LE CADAVRE, LA S’ASSEMBLERONT LES VAUTOURS

Où que soit le cadavre, là s’assembleront les vautours. Cette petite phrase apparemment énigmatique a été dite par Jésus lors du discours sur son retour en gloire à la fin des temps qu’il a prononcé devant ses disciples peu avant son arrestation, son procès et sa crucifixion.  On la trouve au chapitre 24 de l’évangile selon Matthieu, au verset 28, mais aussi, dans un contexte semblable, au chapitre 17 (verset 37) de l’évangile selon Luc.  C’est en fait une citation de l’Ancien Testament, précisément du livre de Job (39:30): la vue perçante de l’aigle ou du vautour depuis son nid perché dans les rochers les plus inaccessibles y est mise en évidence, et cette merveille de la nature, c’est Dieu qui l’a créée. Job, avec tous ses discours ou ses plaintes, ne saura jamais en rendre compte adéquatement.

Cette petite phrase a pris une actualité particulière depuis la tuerie du Bataclan à Paris le 13 novembre 2015, et dans les médias sociaux on la répète à l’envi dans ce contexte-là car le groupe de hard rock qui se trouvait sur la scène au moment où les assassins jihadistes ont commencé leur massacre s’appelle Les Aigles du Métal de la Mort (en anglais : The Eagles of Death Metal). De plus la chanson qu’ils étaient en train d’entonner s’intitule Kiss the Devil, c’est-à-dire Embrasse le diable.  Or le mot grec aetoi qui se trouve aussi bien dans Matthieu que dans Luc, peut être traduit, selon le contexte, par vautour ou par aigle.  De là à faire le rapprochement entre les Aigles du Métal de la Mort et le cadavre collectif des victimes du Bataclan, il n’y a qu’un pas que beaucoup franchissent facilement, en appliquant la phrase de Jésus à cet événement comme s’il s’agissait d’une annonce prophétique directe.

Mais faire cela c’est réduire Jésus-Christ, le Messie,  à un simple prédécesseur de Nostradamus, une sorte de voyant ou de visionnaire animé de dons télépathiques remarquables. Or, ce dont Jésus parle avec ses disciples – ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui ou de demain – c’est d’un jugement qui atteindra l’humanité tout entière, toutes les nations et tous les individus depuis le commencement de l’humanité. Sa venue en gloire sera évidente pour tous, personne n’échappera à cet événement cosmique.

Un texte pris hors de son contexte n’est qu’un prétexte, dit-on avec justesse.  Eh bien, lisons simplement les passages qui précèdent cette fameuse phrase, d’abord dans Matthieu : Si quelqu’un vous dit alors : le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas.  Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes, ils opèreront de grands signes et des prodiges au point se séduire, si possible, même les élus.  Je vous l’ai prédit.  Si donc on vous dit : Voici : il est dans le désert, n’y allez pas ; voici : il est dans les chambres, ne le croyez pas.  En effet, comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’Homme.  Où que soit le cadavre, là s’assembleront les vautours.  Voici  maintenant le passage parallèle dans Luc 17 : Cette nuit-là, je vous le dis, deux personnes seront couchées dans le même lit : l’une sera emmenée, l’autre sera laissée. Deux femmes seront en train de tourner ensemble la pierre de meule : l’une sera emmenée, l’autre sera laissée (…) Alors les disciples lui demandèrent : Où cela se passera-t-il, Seigneur ?  Il leur répondit : Où que soit le cadavre, là s’assembleront les vautours.  Dans ces deux passages, le contexte rend clair que de même que la vue d’un cadavre attire les vautours en quantité, de même la venue du Fils de l’homme en gloire n’échappera à personne, pas plus que quiconque ne pourra se soustraire au jugement qui accompagnera cette venue.

Il est donc bien hasardeux de vouloir réduire ces paroles à un événement particulier de notre histoire récente, aussi tragique soit-il.   On devrait plutôt prendre garde à un autre avertissement adressé par Jésus à ses auditeurs au chapitre 13 de l’évangile selon Luc, dans un contexte tout aussi violent et tendu : A cette époque survinrent quelques personnes qui informèrent Jésus que Pilate [le procurateur romain en charge de la province de Judée] avait fait tuer des Galiléens pendant qu’ils offraient leurs sacrifices. Jésus leur dit : Pensez-vous que ces Galiléens ont subi un sort si cruel parce qu’ils étaient de plus grands pécheurs que tous leurs compatriotes ?  Non, je vous le dis ; mais vous, si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous, aussi !

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
LE DÉCALOGUE 2
LE DÉCALOGUE 1
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.