LES NATIONS UNIES AUTOUR DE QUEL IDÉAL?

Comme chacun sait, en ce moment se tient à New York l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies, grande messe annuelle où s’affrontent voire s’invectivent régulièrement des chefs d’Etats ou leurs représentants.  Les nations s’assemblent momentanément, sans le moins du monde présenter un front uni  pour autant. Faut-il s’en étonner?

Le thème des nations qui s’assemblent dans un but particulier ou avec une cible commune n’est pas étranger à la Bible, loin de là. Et celui de leur dispersion ou fragmentation non plus d’ailleurs.  Que l’on pense seulement au onzième chapitre de la Genèse rapportant l’épisode de la tour de Babel.

Dans l’Évangile selon Luc, au chapitre 13, Jésus Christ souligne le nombre et la provenance diverse de ceux et celles qui feront partie du Royaume de Dieu à l’avènement du Seigneur, lors de son retour en gloire :  Il en viendra de l’orient et de l’occident, dit Jésus, du nord et du midi ; et il se mettront à table dans le royaume de Dieu.  Et voici : il y a des derniers qui seront premiers et des premiers qui seront derniers.

Dans un autre passage où Jésus parle à ses disciples de la même réalité, celle de son retour final et du jugement qui l’accompagnera (Matthieu 25 :31-32), ce ne sont pas seulement des individus qui sont convoqués devant le trône du Juge suprême, mais les nations, les peuples, dans leur dimension collective donc : Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur son trône de gloire.  Toutes les nations seront assemblées devant lui.  Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs, et il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.

Deux destinées éternelles bien différentes attendent les uns et les autres.  Cette réalité annoncée par Jésus à ses disciples ne fait que reprendre une annonce similaire concernant les nations que l’on trouve à la toute fin du livre du prophète Ésaïe dans l’Ancien Testament (au chapitre 66) :  Le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues : elles viendront et verront ma gloire.  Je mettrai un signe parmi elles et j’enverrai de leurs rescapés parmi les nations  à Tarsis, à Poul et à Loud – les tireurs à l’arc – , à Toubal et à Yavan, aux îles lointaines qui jamais n’ont entendu parler de moi et qui n’ont pas vu ma gloire ; et ils annonceront ma gloire parmi les nations.  Au peuple d’Israël, initialement choisi pour le représenter sur terre et proclamer le vrai Dieu aux autres nations, s’ajoutent justement ces autres nations, qui vont elles- mêmes proclamer le même message jusqu’aux confins de la terre et amènent vers Jérusalem les rescapés israélites qui étaient dispersés partout :  Ils amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations en offrande à l’Éternel, sur des chevaux, des chars et des chariots couverts, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l’Éternel, comme les fils d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l’Éternel.  Les derniers versets du chapitre nous présentent la dimension éternelle du royaume divin établi pour toujours et unissant les nations dans une même adoration du seul vrai Dieu : En effet, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je fais subsisteront devant moi, – oracle de l’Éternel – ainsi subsisteront votre descendance et votre nom. De nouvelle lune en nouvelle lune, et de sabbat en sabbat toute chair viendra se prosterner  devant moi, dit l’Éternel.  Mais la perspective du rejet éternel de ceux qui auront manqué l’appel est sans équivoque, concluant le livre du prophète Ésaïe sur la note des « boucs » placé à la gauche du Juge divin dans les paroles de Jésus : Et quand on sortira, on verra les cadavres des hommes criminels à mon égard : car leur ver ne mourra pas, et leur feu ne s’éteindra pas ; et ils seront pour toute chair un objet d’horreur.

Ce qui frappe dans ce dernier chapitre d’Ésaïe, c’est l’unité des nations autour de l’adoration commune du Seigneur Dieu.  Leur but est en effet d’annoncer sa souveraineté et de se soumettre à sa volonté, et non de s’opposer à lui dans un effort dérisoire pour se libérer de son joug.  Ici l’attitude des nations est en total contraste avec celle décrite au psaume 2 : Pourquoi les nations s’agitent-elles et les peuples ont-ils de vaines pensées ?  Les rois de la terre se dressent et les princes se liguent ensemble contre l’Éternel et son messie : « Brisons leurs liens et rejetons loin de nous leurs chaînes ! » Il rit celui qui siège dans les cieux, le Seigneur se moque d’eux.  Il leur parle dans sa colère, et dans sa fureur il les épouvante : « C’est moi qui ai sacré mon roi sur Sion, ma montagne sainte ! »  Je publierai le décret de l’Éternel; il m’a dit : « Tu es mon fils !  C’est moi qui t’ai engendré aujourd’hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, et pour possession les extrémités de la terre ; tu les briseras avec un sceptre de fer. Comme le vase d’un potier, tu les mettras en pièces. »

Les nations unies ?  Oui, mais dans quelle attitude et avec quels objectifs en tête ?  Unies pour parler un seul et même langage ?  Oui mais lequel ?  Celui de la tour de Babel qui se révolte contre le Roi des rois et veut monter jusqu’au ciel pour tâcher de le détrôner ?  Un langage pour établir des lois iniques et opprimer tous les peuples en prétendant les libérer ?  Ou bien un langage qui exprime dans la diversité des langues existantes la reconnaissance d’avoir Dieu pour Père à travers son Fils Jésus-Christ ?  Un langage au service de la restauration de la justice et de la vérité qui trouvent leur source dans la Parole que le Messie de Dieu, son Fils éternel, est venu incarner parfaitement sur terre ?

Questions plus que jamais d’actualité au milieu de la spirale  globalisatrice qui est celle de notre monde contemporain…

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
QUE TON RÈGNE VIENNE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'installation des cookies destinées à la diffusion de podcasts, vidéos et autres messages pertinents au regard de vos centres d'intérêts.