QUEL FONDEMENT POUR LA FAMILLE?

A l’heure où les questions de de politique familiale occupent les esprits, et – plus encore – une redéfinition radicale de la famille dans les sociétés occidentales est à l’ordre du jour –  il est nécessaire que ceux qui se veulent les héritiers de la civilisation dite « judéo-chrétienne » se posent la question du fondement de la famille sur une assise biblique.  Sur la base d’une quelconque philosophie de la nature, on peut parfaitement refuser d’accorder l’institution du mariage aux couples homosexuels ou s’opposer à l’idéologie du trans-genre et à ce qu’elle soit inculquée dans la tête de nos enfants dès leur plus jeune âge par le biais de l’école publique.  Cependant, ce refus ou cette opposition ne se fondent pas en tant que tels sur une claire vision biblique des choses. Dans ce cas il est tout à fait inutile de se réclamer de la civilisation « judéo-chrétienne »…

Au sens biblique, il y a d’abord famille parce qu’il y a une dualité homme-femme porteuse de l’image de Dieu dès la Création (Genèse 1:27-28).  Dans le texte de la Genèse cette union dans la différence complémentaire (physique, sexuelle, affective) est d’ailleurs ce qui caractérise l’image de Dieu en nous.  Même s’il en existe beaucoup d’autres, aucun autre trait humain n’est mentionné directement dans le texte pour qualifier cette image, ce qui est tout à fait remarquable.  En effet on ose rarement souligner le fait que le Créateur – qui est lui-même Esprit et non une créature en chair et en os amenée à l’existence par une puissance supérieure –  a choisi en tout premier lieu de refléter son image dans sa créature par la différentiation et la complémentarité sexuelles. Dès lors, comment nous comprendre nous-mêmes par rapport à cette affirmation du texte biblique ?

Comprenons avant tout, que nous ne sommes des « personnes » distinguées d’autres « personnes » que dans des rapports particuliers et structurés avec ces autres « personnes ». Des rapports qui présupposent à la fois similarité et différence. La Genèse nous enseigne que le tout premier rapport personnel qui fonde la personne c’est cette différentiation/complémentarité homme-femme se reconnaissant comme image de celui qui l’a créée.  En quoi donc cela reflète-t-il quelque chose de l’être même de Dieu, demandera-t-on? Uniquement en raison du fait que le Dieu éternel est à la fois Un et Trois, un seul Dieu en trois personnes distinguées l’une de l’autre : le Père, le Fils et le Saint Esprit, ce que d’ailleurs aucune philosophie naturelle n’a jamais dit, expliqué ou révélé, et qu’elle ne pourrait du reste jamais le faire.  Seule la Bible le fait.  Car cela ne relève tout simplement pas de la recherche empirique, mais d’un donné révélé.  Le Dieu éternel vit dans une relation personnelle d’amour parfait entre les trois personnes divines qui font de ce Dieu unique la source de tout amour entre les personnes qu’il crée à son image.  C’est là seulement que se situe la source de la vie, et à la base de cette vie, la famille centrée autour du couple homme-femme.

Que dans la Bible ce Dieu se manifeste de plus comme Père céleste (puisque c’est bien comme cela que son Fils Jésus-Christ a invité ses disciples à s’adresser à lui dans leur prière), ne fait que souligner le rapport de nature familiale qui unit Dieu à ses « enfants ».  C’est dans cet esprit que l’apôtre Paul peut écrire aux chrétiens d’Éphèse (chapitre 3, verset 14-16) : C’est pourquoi, je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille [les peuples ou les nations sont inclus dans le mot grec patria traduit par famille] dans les cieux et sur la terre tire son nom, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur ; que le Christ habite dans vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour (…)  

Il y a dans la Trinité une génération éternelle du Fils par le Père  – c’est ce qu’affirme et confesse la foi chrétienne depuis les origines. Cela demeure bien sûr un mystère dans la mesure où cela concerne l’essence éternelle de Dieu. Cependant, par la Bible ce mystère nous devient partiellement connaissable, mais seulement dans la mesure de notre compréhension limitée de créatures, qui ne pourra jamais connaître l’être de Dieu tel que lui seul se connaît. Ce que ce mystère de la génération éternelle du Fils par le Père  nous fait connaître, c’est que dans l’ordre structuré mis en place pour ses créatures, le Dieu trinitaire imprime son image en nous en instituant de génération en génération la génération (au sens d’engendrement) d’enfants par des parents – homme et femme – et ce depuis les origines de l’humanité.  Même si cette humanité est tombée très bas et cherche constamment à nier cet ordre créationnel, celui-ci subsiste par la volonté et la Providence du Créateur.  C’est un ordre qui ne peut être totalement effacé, en dépit de toutes les caricatures ou déformations qu’il subit, souvent de manière volontaire de la part des humains en rupture d’Alliance avec le Père céleste, souvent aussi de manière involontaire, accidentelle, sans qu’on puisse comprendre les causes immédiates d’une telle déformation.   Mais on ne peut éteindre  la notion de cet ordre, pas plus qu’on ne peut abolir la notion de bonne santé par rapport à celle de maladie.

Seule une compréhension spirituelle de l’enseignement biblique  (spirituelle c’est-à-dire en accord avec l’intention de l’Esprit divin dans l’Écriture Sainte) peut nous mener sur la voie de la guérison et le renouvellement de notre intelligence sur toutes ces questions qui travaillent tant l’esprit de nos contemporains. Car auprès de toi est la source de la vie; par ta lumière nous voyons la lumière (Psaume 36, verset 10).

Eric Kayayan
MON DERNIER ARTICLE
BATIR UN MONDE NOUVEAU
SAUVÉS PAR GRÂCE
Transhumanisme 1
LA CRISE IDENTITAIRE
AVEC OU SANS CHUTE?
LA FORCE DU MENSONGE
PRÉVENIR POUR SAUVER
TENDRE L’AUTRE JOUE
CRISE DE LA MORALITÉ
JÉSUS ET L’HISTOIRE
QUE TON REGNE VIENNE
ISRAEL ET LES NATIONS
DESTIN OU PROVIDENCE
UN MONDE EN DÉRIVE
AVEC OU SANS CHUTE?
L’HOMME NOUVEAU
JUGER OU NE PAS JUGER?
PRÊCHER L’ÉVANGILE
LE RETOUR DU CHRIST
LA FORCE DU MENSONGE
QUI FAUT-IL BLAMER?
LA FOI DE L’ATHÉE
OÙ EST JÉSUS-CHRIST?
Précédent
Suivant
  • Foi & Vie Réformées QUI SOMMES-NOUS
    Foi et Vie Réformées est une association Loi 1901, dont l’objet est le suivant: la promotion et la diffusion, en priorité en France et dans le monde francophone, de la foi...
    lire la suite
  • SUIVRE FOI & VIE RÉFORMÉES
    Recevoir par e-mail les dernières publications de Foi et Vie Réformées :